Haïkus cocasses de Benoist de Cocagne

Publié le par Benoist Magnat

Le texte a été "emprunté " au dernier Ara qui rit de Benoist.
La photo a été "empruntée " à Antoine Bruy, lauréat du Manifesto 2014 de Toulouse.

J'ai le même avocat que Joseph Bové.

Mon âme s'envole lorsque je regarde la télévision

entre deux zapping je crois m'accrocher à une branche de mon être

pendant que mes petits singes intérieurs rient hystériquement

Mélanger chaque matin avec sa petite cuiller

le sucre dans sa tasse de thé

demande un effort de routine que je remets chaque fois au goût du jour

Je n'apporte vraiment rien à l'humanité

quand j'oublie d'exister

par peur de ne pas plaire au monde des hommes

*

Je cherche toujours quelque chose au fond de moi

et je ne trouve que quelques alibis

pour dissimuler mes crimes quotidiens

*

La montagne s'enracine aussi dans le ciel

mais les liens sont plus légers

à force de s'évaporer

*

Au rocher abrupt

il se penche

sans rien dire

*

Veut-il avancer sa vie

dans le chemin de la mort

et coudre à son âme des boutons violets ?

*

Plombs dans l'aile

ou plumes au vent

le vol s'étend au-dessus de la neige

*

Anaïs au coeur sacré

devient la samouraï

d'une vie aiguisée

Benoist Magnat

Publié sans sa permission

La photo a été "empruntée " à Antoine Bruy, lauréat du Manifesto 2014 de Toulouse.

La photo a été "empruntée " à Antoine Bruy, lauréat du Manifesto 2014 de Toulouse.

Publié dans Haïkus de Lily

Commenter cet article