La vérité sur Tchernobyl, Bill !

Publié le par Antoine Volodine alias...

Antoine Volodine
Antoine Volodine

Le prix Médicis a été attribué à l'écrivain Antoine Volodine pour son roman Terminus radieux, mardi 4 novembre. Cette fresque noire et sauvage a pour décor une Sibérie dévastée par les explosions nucléaires, dans laquelle les hommes, devenus des mutants, ne savent plus s'ils sont morts ou vivants.

Puissant contrepoint à Pas Pleurer de la toulousaine Lydie Salvayre.

Un auteur mystérieux aux multiples pseudonymes

Né en 1950, cet écrivain entouré de mystère, dont le vrai nom n'est pas connu, a écrit une vingtaine de romans sous le pseudonyme d'Antoine Volodine, et signe parfois sous d'autres noms d'emprunt. Peu connu du grand public, cet ancien professeur de russe est suivi depuis des années par un cercle d'admirateurs et de critiques fervents. Il avait remporté le prix du Livre Inter en 2000, pour Des anges mineurs.

"C'est une consécration heureuse. Je suis radieux, mais pas irradié", a déclaré Antoine Volodine juste après la réception de son prix, selon une journaliste de France Inter sur Twitter. L'auteur avait entamé la rédaction de Terminus radieux il y a trente ans, raconte Télérama. Son roman a été désigné par le jury du prix Médicis dès le premier tour des votes, à huit voix contre une.

Des prix littéraires courageux et bien mérités.Des prix littéraires courageux et bien mérités.

Des prix littéraires courageux et bien mérités.

Publié dans Atelier écriture

Commenter cet article