USA 1944 : que des bons chrétiens...

Publié le par Abraham Lincoln

USA 1944 : que des bons chrétiens...

Il n'avait que 14 ans. Mais il était noir, dans une Amérique raciste, et son procès a été bâclé. George Stinney a été accusé du meurtre de deux fillettes blanches, jugé en dix minutes, et exécuté trois mois plus tard. C'était en 1944.

Mercredi, 70 ans après les faits, une juge de Caroline du Sud a annulé la condamnation à mort de ce jeune garçon. Carmen Mullins a estimé que ses aveux ne pouvaient pas être considérés comme fiables et que sa défense n'avait pas été assurée correctement. L'affaire passionne l'Amérique.

10 minutes de délibérations

En mars 1944, peu après que les corps de deux jeunes filles blanches ont été retrouvés, la police arrête George Stinney et son frère chez eux, à Alcolu, en Caroline du Sud. Les deux parents sont absents et Johnny, le frère de George, sera libéré rapidement.

Les deux fillettes ont été battues à mort et la police n'a pas d'autre suspect. Le procès de George Stinney durera à peine trois heures. Il n'y a pas de preuves, son avocat n'a pas appelé le moindre témoin et la délibération du jury, 12 hommes blancs, ne dépasse pas 10 minutes. Quelques minutes au bout desquelles il est condamné à mort, un mois tout juste après la macabre découverte. Les protestations de syndicats, de religieux et d'associations ne changeront rien à la décision. George Stinney n'aura même pas été autorisé à revoir ses parents, précise le Washington Post.

L'agence Associated Press note dans son compte-rendu qu'il aura fallu à la juge Mullins "presque quatre fois plus de temps pour décider d'annuler la condamnation que le temps pris en 1944 entre l'arrestation et l'exécution".

Trop petit pour la chaise électrique

George Stinney était le dernier a avoir vues vivantes les deux fillettes de 7 et 11 ans. Il l'avait lui même précisé aux enquêteurs qui les recherchaient. Les médias américains précisent que, lors de son exécution, le jeune garçon était trop petit pour la chaise électrique et a dû être assis sur un livre - une Bible ou un annuaire selon les sources. Le masque qu'il portait était trop grand pour lui, il est tombé pendant l'électrocution, dévoilant son visage aux témoins.

Aime Ruffer, la petite soeur de George, est toujours en vie. C'est elle qui a mené ce combat en justice pour que son frère soit réhabilité. Elle dit depuis des années qu'elle était avec son frère au moment du double-meurtre, alors qu'elle même avait 8 ans. Le dossier a été rouvert en 2013 après des années d'insistance et il se pourrait qu'un nouveau procès ait lieu dans les mois qui viennent.

Les proches des victimes sont, quant à eux, convaincus que le jeune homme a commis le crime et opposés à un acquittement posthume de George Stinney.

Publié dans Luttes sociales

Commenter cet article