Le maire refuse le cimetière et propose l'incinérateur

Publié le par Le Père Fouettard

Le maire refuse le cimetière et propose l'incinérateur
Le maire refuse le cimetière et propose l'incinérateur

La petite fille s'appelait Maria Francesca. Elle était née le 14 octobre. Elle est morte le 26 décembre. Elle était rom. Mercredi 31 décembre, le maire divers droite de Champlan (Essonne) a refusé que ce nourrisson soit enterré sur le territoire de sa commune, révèle Le Parisien, samedi 3 janvier.

L'édile "a prétexté que la mort" du bébé "avait été déclarée à Corbeil-Essonnes", a expliqué Loïc Gandais, président de l'Association de solidarité en Essonne avec les familles roumaines et roms (ASEFRR), dont deux membres "côtoient quotidiennement" la famille de l'enfant décédé, qui vit dans un campement de Champlan.

Selon lui, la fillette a été victime de "la mort subite du nourrisson" dans la nuit du 25 au 26 décembre. La petite fille qui ne se sentait pas bien, a été conduite cette nuit-là dans un hôpital de Longjumeau, puis dans un établissement de Corbeil-Essonnes, où son décès a été officiellement constaté le 26 décembre.

A la demande de la famille, une entreprise de pompes funèbres de Corbeil-Essonnes a demandé à la municipalité l'autorisation d'inhumer le nourrisson dans le cimetière de Champlan. Mais le maire a refusé sans "aucune explication", a assuré Julien Guenzi, le gérant des pompes funèbres l'Escarcelle à Corbeil. "Il n'est pas obligé de se justifier, mais des réponses comme ça, c'est très rare", a-t-il précisé.

Publié dans Actualité 2015

Commenter cet article