La fesse cachée de ma pomme...

Publié le par Le Père Denis

Le rire jaune de la pomme...
Le rire jaune de la pomme...

Dans les allées d'un verger, Pierre Clos a trouvé une nouvelle variété à commercialiser, la rouge glamour. Pour garantir un succès, il faut que ces pommes puissent se vendre pendant dix mois après la récolte. Pour cela, il utilise un étonnant traitement. "C'est un produit de conservation qui s'appelle SmartFresh, qui permet d'optimiser la durée de vie des pommes en atmosphère contrôlée", explique-t-il.

La chimie contre le vieillissement

Le technicien de la société qui commercialise le produit est à la manœuvre. Dans le frigo où les pommes sont stockées, il jette deux sachets d'un conservateur très puissant dans un simple seau d'eau. Un gaz invisible à l'œil nu se forme alors pour se déposer sur les pommes. Seulement quelques secondes d'opération pour un résultat à long terme. "À partir de maintenant, on peut les conserver 12 mois sans aucun problème", explique Pierre Clos.

Dans le frigo, la pomme rouge glamour subit en fait un traitement hormonal. L'éthylène qu'elle fabrique naturellement entraîne le vieillissement du fruit. En se fixant sur les récepteurs de l'éthylène, le SmartFresh bloque le processus. Résultat : la pomme ne vieillit plus et peut être vendue toute l'année.

l'entrée de la cantine...
l'entrée de la cantine...

l'air pollué des maisons de retraite...

Une maison de retraite dans la banlieue de Montpellier a fait le choix depuis trois ans de faire le ménage sans utiliser aucun produit chimique. Une volonté de lutter contre la pollution de l'air. Des précautions qui devraient se généraliser à tous les établissements, car une étude scientifique menée sur 600 pensionnaires dans sept pays européens, dont la France, avec l'INSERM, révèle que l'air des maisons de retraite est pollué. En cause ? Les produits nettoyants, les matériaux ou encore le chauffage et la ventilation.
"Nous avons observé un excès de symptômes respiratoires, beaucoup de toux, beaucoup de sifflements, manque de respiration au repos (...) ou encore des symptômes évocateurs de l'asthme", explique Isabella Annesi- Maesano, chercheuse à l'INSERM

Selon le plan national "Santé environnement 2", avant le premier janvier 2023, toutes les maisons de retraite devront surveiller la qualité de l'air intérieur.

Publié dans Eco - bio et Gastro

Commenter cet article