Le nuancier du temps de Danièle Le Dily

Publié le par Danièle Le Dily

 

 

Un pas de côté.

Au-delà des regards

serviles, captés

par l'unique pensée,

faites un pas de côté,

vous sentirez frémir

d'autres réalités :

La mémoire de l'histoire

frissonne dans ses musées

une justice adultère

confesse ses partialités ;

sur les rables ventrus

de héros proclamés

des médailles usurpées

rouillent à ciel ouvert,

les murs ont appris à parler,

ils portent dans la rue

la révolte et l'espoir :

Le blues de l'étranger

l'alphabet de l'exclus,

l'utopie des poètes

leur fougue muselée...

Mille âmes et mille corps

se lèvent sous les pavés...

En deçà des scellés

d'une histoire arrangée

au-delà des regards,viciés,

faites un pas de côté,

vous y verrez fleurir

une autre humanité...

Langues sans terre

Pour les langues sans terre

l'âme du poète errant

sentinelle dressée

phare sur l'océan

pour les langues sans terre

un bel oiseau migrant

quitte ses congénères

et sauve le vivant

pour les langues sans terre

des archets sur les vents

éclatent les frontières

et libèrent leurs chants

pour les langues sans terre

quelques gouttes de sang

animent une prière

aux lèvres du levant...

La fronde des artistes...

S'envole le poète

force fragile,

au-dessus de nos cimes

étoile vibrante

au bord du monde...!

Le musicien s'est tu,

songeur :

Convoquer le silence ?

déléguer à l'envi

gammes et instruments

aux fantaisies du vent...?

Le sculpteur s'est allié

habile,

au marbre mordoré,

où son âme à l'affût

fait fondre les aurores...

Le peintre a versé

une larme,

dans la lumière,

et tendu ses couleurs

en arc, dans le ciel...

 

 

Météo intérieure... de Daniele Le Dilly

Lever les yeux au ciel

se laisser transporter

par l'onde des nuages

pénétrer la matière

engranger les couleurs

faire corps avec l'instant

du cycle universel

sentir le mouvement

des lignes sous le vent...

Laisser grandir

dans la ferveur,

le désir impérieux

d'animer sur la toile

les images engrangées,

délayer les couleurs

en rythmes , en épaisseurs

et libérer l'oeuvre,

qui portera la griffe

des émois intérieurs...

Les Aresquiers

le nuancier du temps.

attribué à Danièle Le Dily

Rouge rouille

et vert de gris

le temps maquille

ses gris-gris

ravissant la faune

et capturant la flore,

une pierre levée

une grille forgée

un bois flotté

d'insolites objets,

abandonnés,

empruntent aux saisons

de subtils attraits,

ils ouvrent leur Sésame,

et réservent aux poètes

magiciens et esthètes

L'improbable défi

de capturer leur âme...

Publié dans Poèsie

Commenter cet article