GUEULE D’ANGE par Léda et Pollux

Publié le par Léda et Pollux

GUEULE D’ANGE par Léda et Pollux

J’aime la naissance ensanglantée de l'aurore

Et le deuil doré des crépuscules obscurs

Le sillage des pas à l'abri des lumières

Qui tombent sans bruit des froides  constellations

 

Que chaque vague vrille au reflux de la mer

Loin des marécages pleins d’hippopotames 

Ceints des feux de forêt et des retours de flamme

Là où vagabondent les jeunes hippocampes 

 

Des oiseaux de tous bords s'invitent aux agapes

La mouette rieuse chaparde la jarretière 

Sous la frise d'écume d'une vague cavalière

 

J’embrasse le jeune homme à la gueule d'ange

Empesée ce matin d'un épais voile de brume

Qu’une muse indélicate a jeté sur sa face

 

* Oeuvre de jeunesse (2016)

Publié dans DLD

Commenter cet article