In memoriam Mylord Guiseppe Mustacchi

Publié le par Le Père Peinard

 Hommage à Guiseppe, Losif, Youssef, Joseph ou Georges *

 

par Lily Bilbao Perotto
23 mai 2013

 

 

 

 

Alexandrie a entendu son premier cri

Nice a recueilli son dernier souffle

A chaque fois un mois de Mai

 

Un jour, Joseph a rencontré Georges

Plein d’admiration pour cet homme

Au regard si bon,

A la moustache légendaire

Joseph est de venu Georges

Pourtant, il voulait chanter pour ceux qui

Ne l’appelaient pas Moustaki

Qui l’appelaient Jo ou Joseph

C’était plus doux, c’était plus bref (1)

 

Elle, elle n’était qu'une fille du port
Une ombre de la rue...(2)
Mais le Milord s’est assis à sa table

 

Pour la longue dame brune, il a inventé
Une chanson au clair de la lune, quelques couplets.

Pierrot lui avait prêté sa plume cette nuit-là. (3)

 

Il n’était jamais seul avec sa solitude (4)

Madame Nostalgie, Sarah et Serge

Lui tenaient compagnie, en toute liberté

 

Parfois, il voulait perdre la mémoire

Pour ne plus changer de trottoir

Quand il croisait ses souvenirs (5)


C’est sa liberté
qui l'a aidé
A larguer les amarres
Pour aller n'importe où
Pour aller jusqu'au bout
Des chemins de fortune
Pour cueillir en rêvant
Une rose des vents
Sur un rayon de lune (6)

 

Il avait toute la vie pour s’amuser

Il aura toute la mort pour se reposer (7)

 

Pendant qu’il dormait, pendant qu’il rêvait,
Les aiguilles ont tourné, il est trop tard.
Son enfance est si loin, il est déjà demain. (8)

 

Dire qu’il lui faudra rester tout seul

Dans la tristesse d’un linceul

Sans une fille pour la nuit

Sans une goutte de whisky (9)

 

Il est mort, pitié pour ses cendres.
Ce n'est ni l'heure ni l'endroit
Pour demander des comptes à rendre,
Mais les mots viennent malgré moi. (10)

 

Il est parti dans le ciel bleu

Comme un oiseau enfin libre et heureux

Et quand son âme l’a quitté

Un rossignol quelque part a chanté (11)

 

En cadeau, il nous a laissé ses mots

Sa gueule de métèque

De juif errant, de pâtre grec

Et ses cheveux au quatre vents (12)

 

Bon vent au paradis, Jo…

 

 

1-Alexandrie 1976 ; 
2- Milord 1959 ;
3- la grande dame brune 1970 ;

 4- Ma solitude 1979 ;  
5- La mémoire 1976 ;  
6- Ma liberté 1970 ;

7- Le philosophe 1975 ; 
8- Il est trop tard ; 
9- Dire qu’il faudra mourir un jour 1970 ;

10- Requiem pour n’importe qui ; 
11- Le facteur 1969 ; 
12- Le métèque 1969 ;

 

*Guiseppe (Losif en grec, Youssef état civil égyptien, Joseph en français, Georges en hommage à Brassens) Mustacchi est né le 3 mai 1934 à Alexandrie ; Il est décédé le 23 mai à Nice. ( source Wikipédia)

 

Publié dans Haïkus de Lily

Commenter cet article