La bonne nouvelle, c'est dans La Dépèche de Toulouse !

Publié le par perepeinard

 

mercredi 25 avril 2012


Amour et sexualité
Amour et sexualité
Amour et sexualité RelaxNews

L’existence du très controversé point G vient d’être prouvée ! En effet, selon les résultats d’une étude publiée ce mercredi dans le « Journal of Sexual Medecine », la zone érogène vaginale à hautes tensions a maintenant une réalité anatomique.

 

Une zone bien délimitée

C’est grâce à la dissection de la paroi intérieure du vagin d’un cadavre féminin de 83 ans que le Dr Adam Ostrzenski a pu le localiser. Ce dernier se trouverait dans une petite cavité bien délimitée située à l’arrière de la membrane périnéale, à 16,5 millimètres de la partie supérieure de l’orifice de l’urètre.

l-annee-du-clitoris.jpgToujours selon ce chercheur, le point G serait formé de trois régions distinctes et créerait un angle de 35 degrés avec la partie latérale de l’urètre. Le scientifique a déclaré que "cette étude a confirmé l’existence anatomique du point G ce qui pourrait conduire à une meilleure compréhension et à une amélioration de la fonction sexuelle des femmes" .



Rappelons que le point G ou point Gräfenberg a été découvert en 1950 par le médecin allemand du même nom.

Voir en ligne : Le point G existe vraiment !

Publié dans Eros et Thanatos

Commenter cet article