La Mise en garde - 3

Publié le par Christian Durand

La mise en garde (à vue) par l’Ingénu Libertaire*
- Troisième épisode : La garde de nuit

Résumé des chapitres précédents :
La Mise en garde (à vue) par l’Ingénu Libertaire* 1


Une maison la nuit, une mise en garde à vue, une perquisition, un gardé à vue, quatre fonctionnaires de police : Baudelaire, Rambo, Dupont-la-joie et Nestor Burma, les interrogatoires.

Annexe :
Fax DRI à Interpol. Code Urgence. Dossier Saint M*.
Diffusion restreinte.
Détruire après lecture.

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4 /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

Tous les noms de personnes* et de lieux* sont fictifs. Toute ressemblance. Pure coïncidence.  Les faits évoqués, même les plus atroces, sont couverts par la prescription décennale depuis le 1 janvier 2010.
- "Pas tous..." susurre l'avocate de Joseph B.

Les passages en italique sont authentiques et subjectifs mais tout aussi fictifs.

Couloir. Ascenseur. Burma a les codes. On ne reverra plus Dupont-la-joie. Sous-sol. Couloir. Vaste salle. Un guichet central surélevé. Vision panoramique sur la vingtaine de cellules à porte vitrée. Nombreux moniteurs. Plusieurs gardiens de la paix. Proches de la retraite mais robustes. Réception. Un brigadier bougon. Echange de politesses entre les services. Grand cahier. Identité. Videz vos poches. Carton. Inventaire. Pas de ceinture. Non. Survêtement à élastiques. Pas de lacet. Boots. Médicaments. Donnez. Somnifères "oubliés" dans fond de poche.

Les trois mousquetaires s’en vont faire un tour en ville.

Retour surprise à la salle d’identification. Un petit asiatique. Une beurette malingre. Un binoclard filiforme. Des intérimaires. Protestation. Il a déjà était fiché, photographié, numéroté. enregistré, barbouillé d’encre. Tenez, il en reste. C’est le règlement du commissariat pour les gardes de nuit. Refus. Etonnement. Savent vraiment pas quoi faire. Le client pèse plus que tous les trois réunis. Téléphone à Autorité. Il veut pas. Faites chier. Démerdez-vous. Z’avez vu l’heure. La beurette chuchote. C’est le règlement. Si vous refusez, ils vont vous pourrir la vie. Pas de boisson, pas de repas, pas de toilettes. Et vous réveiller toutes les heures. Et nous on va se faire saquer. Croyez-moi. S’il vous plait. Sourire timide.

 

It-s-me.jpg

De guerre lasse. Fureur muette...

Pas de flash. Le confort moderne. C’est une caméra vidéo informatisée qui prend face et profils clic clac un par un. Vous êtes droitier. Que les doigts de la main droite. Propreté douteuse du lavabo. Serviette noire d’encre. Retour à la garderie. Vos lunettes. Mais. Pas de lecture. La 12. 2 mètres sur 2, 3 mètres de haut. C’est pas le modulor. Béton. Néon. La paroi côté guichet en plastique épais. Vos chaussures restent à l’extérieur. Si vous voulez boire ou aller aux toilettes vous tapez. Tenez. Une couverture douteuse, une tartine bas de gamme et un camembert racorni. Une bouteille d’eau en plastique à coté des boots. Fermeture par deux énormes targettes métalliques coulissant bruyamment. Les faire claquer aussi fort que possible est une compétence gratifiante, semble-t-il. Bling à l’ouverture. Clac à la fermeture. Ou l’inverse.

Penser à la mer...

 

Bora-BoraIsland
Cayenne...

 

Une vingtaine de cellules accolées. Quatre ou cinq en en vis-à-vis. Trois locataires. Dont une loque à terre. J'ai pas pu m'en empêcher. Un clodo qui dessaoule. Un jeune beur avec un cocard. Il tremble de froid ou de peur. Regard désespéré. Un habitué dort déjà sous sa couverture marron. Les clients escortés sans égard arrivent régulièrement. Encore toi. C’est le casse-couilles de la semaine dernière. Vide tes poches. Tu vas pas commencer à Nous Casser les Couilles. Ah je sens qu’il Va Nous Casser les couilles. Ta gueule. C’est quoi ce fric. Un gros rouleau. Tu t’emmerdes pas. Ah mon salaud. C’est une gagneuse ta pute. Et arrête de me Casser Les Couilles. Sinon je vais te les casser pour de bon. On t’a dit Vide tes poches. Allez bon à poil vite. Le mac qui présentait beau à l’arrivée se retrouve en slip, ses vêtements en tas au sol. Il protège ses bijoux de famille et jure ses grands dieux sur la tête de ma mère que ce sont ses économies. Dans la boite avec la chaine, les bagues, la gourmette.

Le vieux brigadier l’expédie à la niche.


Targettes. Clac Bling Clac Bling. L’endormi se réveille. Faites chier merde. Ta gueule toi. Attention intermède attractif. Tous les gardiens se tournent ou se redressent sur leur chaise. On se lèvent tous pour. Arrivée d’un travelo chancelant sur ses souliers à talons. Bas à résilles sur longues jambes. Mini jupe en cuir. Troubles dans les Andins. Salut Boris. Griffures sur le visage. Quelques égards. Tiens ma belle. Un verre d’eau. Une serviette. Tu t’es fait arranger. Vous verriez l’autre. A Purpan* (l’hôpital). Je veux voir mon avocat. Demain. Laisse ton sac et ton boa. A la cage d’en face. Bling Clac Bling Clac. Il salue la compagnie, s’allonge sous la couverture et commence à se masturber. Les gardiens se groupent autour d’un des écrans de contrôle. Un par cellule. Et l’encouragent. C’est du direct. Il se fatigue vite. Lache une énorme flatulence. Ah tu t’es fait pistonner ma salope. Rire gras. Charmante soirée.

Penser à la mer...

 

ce matin 3
 

Béton gris. Bat flanc en béton. Où est la caméra. Dans une simili bouche d’aération. Graffitis partout. Flics PD. Putain de flics. Fatima est une salope. En arabe. Un verset du coran qui sait. Mohammed est le roi du shit au M* un quartier à risque. Des noms. Des dates. Griffés dans le béton avec les ongles. Des trainées brunes. Il faut taper très fort et longtemps pour qu’un gardien. Bling Clac. De l’eau. Les toilettes. En face du guichet d’arrivée. Pas de porte. Non pas un pas-de-porte. Mais pas de portière. Du direct. Personne n’y va. A coté une cellule avec porte opaque. Le mitard. L’eau est tiède. Le bat flanc est dur. Oreiller avec la couverture. Bling Clac. Un black agité qui hurle. Direct le mitard. Cling Black. On entend Bong Bong le bruit des coups de matraque. Il ne hurle plus.

Demain Burma expliquera qu’il n’y a pas de mitard. On n’est pas au bagne. C’est une cellule de dégrisement. Les coups c’est le client qui se tape la tête contre les murs capitonnés pour se blesser. Et porter plainte pour coups et blessures. La nuit. Odeur de désinfectant. Toutes cellules éclairées par néons blafards. Trois ou quatre gardiens dans leur fortin le nez sur les écrans ou L'Equipe. Impossible dormir. Somnifère en douce sous la couverture. Bruits étouffés de la ville. Sirènes d'entrée et de sortie. Impossible se reposer. Gémissements. Ronflements. Les gardiens regardent la télé. S’esclaffent. Bling Clac. Crampes. Sommeil fractionné. Courbature. Bouffées d’angoisse. Cauchemars. La prison était le cauchemar de son enfance avec le naufrage. Réveil en sursaut. Il est dans le cauchemar. Sueurs froides. Naufrage

CIMG1367

Le petit matin gris se glisse par un soupirail à gros barreaux. Arrivée des avocats. Les gardiens bombent le torse pour une jeune et jolie avocate. On se lève tous pour. Café Maître. Ah vot’client il nous a vraiment Cassé Les. Du sucre. Café pâle pour les clients. Verre en plastoc. Imbuvable. Pisse de chat. Un chien n’en voudrait pas. Mais on boit la même chose nous les gardiens. Tu parles. Chacun a son thermos.
Les plus chanceux repartent avec leur avocat vers le juge. Les autres menottés encadrés vers des maisons d'arrêts sans buffet. La consigne se vide.

Penser à la mer...

maguelonne par martine

Maguelonne, le paysage qu'observait Joseph B. depuis sa cellule...
Photo martine b. de La Ciotat

 

Fuir là-bas fuir...
Fuir là-bas fuir...
Fuir là-bas fuir...
Fuir là-bas fuir...
Fuir là-bas fuir...
Fuir là-bas fuir...
Fuir là-bas fuir...
Fuir là-bas fuir...
Fuir là-bas fuir...
Fuir là-bas fuir...
Fuir là-bas fuir...
Fuir là-bas fuir...
Fuir là-bas fuir...
Fuir là-bas fuir...
Fuir là-bas fuir...

Fuir là-bas fuir...

Publié dans La Mise en garde

Commenter cet article