La Mise en Garde - 7

Publié le par Christian Durand

" je refuse de parler "

" je refuse de parler "

 

 

La Mise en garde (à vue) par l’Ingénu Libertaire* 1

La dixième pour l'ingénieux libertaire...

Septième épisode : Le fin mot de l'histoire et les portraits-robots


Ce récit parait en feuilleton chaque vendredi.

Tous les noms de personnes* et de lieux* sont fictifs. Toute ressemblance. Pure coïncidence.
Les faits évoqués, même les plus atroces, sont couverts par la prescription décennale depuis le 1 janvier 2010. « Pas tous …» me susurre l'avocat.
Les passages en italique sont authentiques et subjectifs mais tout aussi fictifs.

Résumé des chapitres précédents : Une maison la nuit, une mise en garde à vue, une perquisition, un gardé à vue, quatre fonctionnaires de police : Baudelaire, Rambo, Dupont-la-joie et Nestor Burma, les interrogatoires, les nuits au mitard, les interrogatoires, le trombinoscope, un petit tour en ville, retour à la case départ.

Courrier urgent
Saint M*, 10 novembre 2000, 6h. du matin

Chers amis et néanmoins suspects,

Ce mardi 7 novembre à six heures du matin, j’ai été placé en garde à vue par des officiers de la DNAT (Division nationale anti-terroriste), sur commission rogatoire du juge L*, dans le cadre d’une procédure consécutive à l’arrestation en septembre à B.* d’un présumé dirigeant de l’E.* militaire. Mon adresse aurait été retrouvée sur les lieux de l’interpellation.

Mon carnet d’adresse a été saisi et pendant une cinquantaine d’heures d’isolement et neuf auditions, j’ai été invité à m’expliquer sur mes liens avec le pays Basque, mes déplacements personnels ou professionnels en Espagne et à l’étranger, ces dix dernières années. J’ai dû commenter mes liens avec plusieurs d’entre vous figurant dans mon carnet d’adresses ou sur des documents professionnels notamment et par ordre alphabétique :

(Les photos ne sont autres que les portraits-robots diffusés à l'occaion de l'enquête) 

  1. N. (ancienne étudiante, réveillon 98 à M* et A*)
    Le-Vrai-Chic-Parisien-copie-1.jpg

     
  2. S. (ancien étudiant, rencontres amicales à B*)
    Che 7

C. P. (journaliste à T*, contact professionnel)
Melenchon-la-patte-blanche--.jpg

 

  1. M. P. (militante écologiste à Saint P.*.)
  2. autoportrait-d-iza-copie-1.jpg

F. J. (militante associative à L.)
Pietragalla-mon-amour--.jpg

 

F. M. (comédienne à L.)
SharbatGula.jpg

 

G. J.L. (ancien étudiante, impliqué dans le dossier basque)
Lara

 

G. R. (militante écologiste à Saint P*.)
Buffet-froid.jpg

 

G. H. (amie de la famille à S., perdue de vue)
soeur inside

 

G. N. (ancienne étudiante, visites à Saint M.)
Blue-Nat---.jpg

 

  1. H. (documentaliste à l’UTM, séjours à Saint M.)
    Che-Xian.jpg
  2. P. (ancien étudiant, comité de soutien à JLG)
    Che-Christian--el-Gringo-Feo--Ecuador-1969--.jpg
  3. C. (militant écologiste à L.)
  4.   It-s-me-copie-1.jpg

M. E. (ancien étudiant, séjours à Saint. M, ascension 1998)

Face-de-mon-profil--.jpg

P. P. (ancien étudiant, séjours à Saint M., 1998)
Victor-Hugo.jpg

 

S. M. P. (Réveillon 1998 à M.*, séjour touristiques en C.)
mon ami !

Compagnon de cellule... anonyme !

 

Ainsi que l’ensemble de mes huit frères et sœurs...

Road movie !

... et toutes leurs familles...

 

En ce qui me concerne, l’origine de l’affaire est dans mes interventions au CEMEA de T.*, le 3 février 1997 où M. P. F., stagiaire en formation, m’invite à parler des problèmes de l’eau à la Mairie de Saint P.*le 10 janvier 1998, à l’initiative de l’association Elordoï Zaîn (comité de lutte contre un projet d’irrigation intensive).


A la suite des cette rencontre, je suis invité à participer le 17 mai 1998 à une conférence organisée à Saint J. PdP*, par l’association Mintza (système d’échange local Amikuze-Garazi) et le syndicat agricole ELB. Ces déplacements coïncident avec mes interventions régulières à l’Université du Temps libre de B.*, à T.*s, dans le cadre de ma collaboration avec le service de la Formation Continue de l'Université T.* Le Mirail.

 

Chirac-wanted.jpg

Repris de justesse basque en fuite... celui qui m'a "donné"...


Par la suite, à l’occasion de déplacements touristiques sur la Côte Basque, il m’est arrivé de séjourner à Saint P.* où je suis invité à diverses festivités locales. L’ensemble de ces activités me met en contact avec des centaines de personnes et j’ai été amené à échanger mon adresse avec quelques militants associatifs ou culturels. Cette adresse s’est retrouvée dans les mains de personnes qui me sont parfaitement inconnues, que je n’ai jamais rencontrées et dont la photo figure sur des avis de recherche ou dans la presse à l’occasion de leur interpellation.


Entre-temps, JLG soupçonné d’avoir hébergé des militants nationalistes basques, est poursuivi et condamné à deux ans de prison. MPF m’avait signalé sa propre interpellation (sans suite) dans le cadre de la même affaire. J’ai participé en tant qu’universitaire aux manifestations de soutien à JLG et signé la pétition adressée en ce sens au juge L*, en charge du dossier. Par ailleurs, j’ai été amené à recevoir à Saint M*, à titre amical et touristique, quelques-unes des personnes précitées (vacances ascension mai 1998).

Saint Bertrand de Comminges

Saint M.* après l'assaut

Mes déclarations vérifiées, j’ai été relâché sans autre formalité. Mon interrogatoire a été conduit de façon courtoise. J’ai été amené à protester contre les conditions matérielles lamentables de la garde à vue et notamment la situation dérogatoire d’isolement qui retire à un citoyen présumé innocent toute protection juridique pendant plusieurs jours (pas d’avocat, pas de contact familial avant 72 heures) avec tous les dommages professionnels et familiaux qui en découlent.


Je serais reconnaissant aux personnes que j’ai été amené à mettre en cause de me faire parvenir par écrit la confirmation des dates et circonstances de nos contacts. Ces témoignages seront confiés à Maître M, du barreau de Toulouse à fin de constitution de partie civile dans la procédure en cours, pour accès au dossier dans lequel vous figurez, à mon grand regret. Je vous suggère de confier copie de ce document à votre propre avocat.


Au cas où l’un d’entre vous serait réveillé un jour à l’heure du laitier…

Amicalement vôtre

 

L'Ingénu Libertaire (un pseudo...)

 

Un nombre excessif de GAV en France.

 

 

Publié dans La Mise en garde

Commenter cet article