Le Grand Bazareth - 4

Publié le par Le Père Peinard

Le Grand Bazareth - 1

 

Plus sérieusement

Handipero--.jpgJ’ai été attiré au village par la promesse d’un wifi gratuit et d’un babyfoot. Las ! Ni l’un ni l’autre ne fonctionne. Le monnayeur du babyfoot est bloqué par les jetons de caddies que des gamins nécessiteux ont cru pouvoir utiliser en lieu et place des 50 cts règlementaires et abusifs. J’en profite pour dénoncer la maffia des machines à sous. La barman le prend pour une attaque personnelle. Il me faudra une semaine et force compliments pour remonter la pente.

Il lui faudra trois jours et un tournevis pour régler le problème. Et de lui signaler incontinent que celui qui a placé le babyfoot n’a jamais joué à ce noble jeu. Coincé dans un recoin étroit, il ne permet pas le recul qu’exige la manipulation savante des barres. Malgré le rappel solennel de mes dix ans de règne sur le babyfoot toulousain, ce problème ne sera pas résolu. Alors qu’il aurait suffi de virer le billard américain, symbole bariolé et encombrant de l’impérialisme…


Quand au wifi*…
Wififi--.jpg… c’est le Mistigri* et l’Arlésienne* au pays des schtroumpfs* 

La notice officielle en quadrichromie sur papier recyclé mentionne parmi les Petits Plus du Village : le babyfoot (payant), l’accès internet adsl et le WIFI gratuit... dans certaines zones – est-il casuistiquement précisé. Dieu et moi pardonnons volontiers pour le babyfoot. Mais moi je ne pardonne pas pour le wifi funambulesque.

La question Où capte-t-on le wifi déclenche un malaise à l’accueil. Les langues de bois se déchainent : au Bar, près du Chalet, derrière la Cabanette, dans certaines chambres, à certaines heures, partout, nulle part, s’il pleut, s’il ne pleut pas…

Tricot-en-ligne--.jpgCes damoiselles en oublient même de signaler que l’émetteur est dans la salle climatisée de l’accueil au-dessus des fauteuils confortables où je vais passer l’essentiel de mon séjour. Mais même là. Il faut donc se rabattre sur l’ordi en accès public et attendre que le gamin en ait terminé avec son jeu en ligne sous le regard admiratif de sa mère. Mais même là, oh la la, la liaison longue à venir s’interrompt dès qu’on veut envoyer un mail. Verdict : l’émetteur wifi est mal calibré. Ou volontairement bridé ?

On n’est pas là pour batifoler…


The Change BookVers la fin de mon séjour, je découvre que la Télé du Grand Salon près de la Pinède est alimentée par une antenne wifi. Quelques initiés en profitent qui se sont bien gardés de partager le secret. Mauvais chrétiens.

En attendant, je bénéficie par faveur spéciale de l’usage d’un ordi, en salle d’accueil climatisée. J’y prends mes habitudes sous le regard courroucé de la comptable qui a vite découvert que loin d’y régler mes problèmes hospitaliers, je m’adonnais au jeu d’échec en ligne.
Et pire, qui sait...

 

@suivre

Publié dans Le Grand Bazareth

Commenter cet article