Le Grand Bazareth - 1

Publié le par Christian Durand

Le Grand Bazareth, été 2013

Il était une fois…

Lazaret accueil 

… un village de vacances familiales au pied du Mont Saint Clair.


Une quinzaine de bâtiments s’éparpillent dans quelques hectares de pinède au bord de la Plage des Protestants, loin des villes, des autoroutes et des supermarchés 
Le bruit de la mer, le rire et les fientes* des mouettes, les écureuils qui gambadent parmi les lauriers roses en font un petit coin de paradis.
Mais le diable niche dans les détails...


Une première visite prépare ma réservation  pour une quinzaine de convalescence estivale. L’entrée se fait par une ruelle cahoteuse qui longe la haute et lourde barrière métallique blanche. Interphone ou code pour entrer. Code pour sortir. Le concierge est discret. La barrière souvent en panne  reste ouverte des journées entières. Sauf la nuit quand rode un vigile patibulaire. Début juillet, le village est désert.


Parking semi ombragé. L’accueil ouvre à 15h. 30. Le local est climatisé, la lumière tamisée. Le personnel est féminin, avenant  et multicuturel.   Documentation, Formalités. Je veux et j’exige  une chambre au nord en rez-de-chaussée. La Mouette 18*. Je peux la visiter ? Non pas possible, elle est occupée.  Wifi oui. Télé non. Serviettes et draps fournis. Un ménage par semaine. Petit déjeuner servi dans les chambres ? Sourires indulgents. Un ricanement dans le fond du bureau. Le directeur, surnommé Lou Garou*…  entre autres.


photo

La table basse de l’accueil est jonchée de revues d’inspiration protestante. Un Oratoire* est signalé par une grosse bitte* d’amarrage en basalte sous un épouvantable vitrail en plastique. La notice propose  études et contes bibliques sous la direction d’une Pasteure* en résidence. Je m’inscris.

* - Tous les noms, prénoms, surnoms et toponymes sont réels quoique  fictifs. Un glossaire en annexe fournira d'utiles précisions.


Bon rapport qualité/prix.

Affaire conclue. Acompte. Le solde en début de séjour.
La pension complète est pratiquement au même prix que la demi-pension.
Ca limite la tentation d’aller déjeuner à midi dans les petites paillottes païennes qui polluent et ponctuent la plage**. Au diable les monokinis et les strings léopard. Pas de ça chez nous. Dieu merci. On n’est pas là pour batifoler.

**- allitération du p !

Les bâtiments sont de taille et de style différents. Solide architecture scolaire, chalet en dur, cabanette traditionnelle en bois pour l’animation, bar en préfabriqué, terrasses arborées, escaliers, coursives, ambiance casbah. Sans le Souk. Sauf  le mercredi quand le Grand Marché* aligne trois stands faméliques qui proposent sans succès bijoux de pacotilles et colifichets.
... Et Jésus chassa les marchands du temple.

 

Publié dans Le Grand Bazareth

Commenter cet article