Le blues des blouses et la lutte des classes

Publié le par Martine Boudet

La petite fille se tenait immobile sur le perron qui dominait la cour.

- Regarde, avait ordonné d’une voix imposante la grosse dame aux cheveux gris.

- Regarde bien,  avait-elle souligné.


Alors, la petite fille regardait, de son mieux, cet univers inconnu, car c’était son premier jour d’école. La lecture, et l’écriture, et même le calcul, elle connaissait déjà, mais pas l’école.


D’un côté, le préau, de l’autre, les cabinets, où elle n’avait pas encore osé se rendre car les portes ne fermaient pas. Entre les deux, trois grands arbres dont l’écorce formait un puzzle gris et jaune qui se soulevait par plaques amusantes. Et plein de petites filles qui sautillaient, car il était strictement interdit de courir, sous peine de punition. A copier cent fois « je ne dois pas courir pendant la récréation ».


Le temps commençait à lui sembler un peu long, elle se tortilla discrètement pour rappeler son existence à cette grosse dame que la maîtresse avait appelée : «  la Directrice ».

-  Alors, dit brusquement celle-ci, de quelle couleur sont leurs blouses ? 


La petite fille aurait bien voulu répondre, mais elle ne pouvait pas nommer cette couleur, qui d’ailleurs n’en était pas une. Plus clair que marron, plus foncé que blanc, elle n’osa pas dire « blanc sale », et pensa plus prudent de rester muette.

-  BEIGE », s’impatienta la Directrice, elles sont BEIGES. Et la tienne, tu peux quand même me dire de quelle couleur elle est ?

La petite fille savait, elle cria presque, contente d’avoir la bonne réponse :

-  BLEUE !


La Directrice ne sembla pas satisfaite, au contraire ; elle répliqua sur un ton méprisant :

-  Et on se demande pourquoi, tu vois bien que tu es la seule…

Mais soudain,  au fond du préau, la petite fille remarqua une tâche bleue au milieu du beige ; un bleu un peu plus clair que celui de sa blouse, mais tout de même, c’était bleu ! Alors, elle tendit son doigt victorieusement :

- Là !

La grosse dame grommela :

- Oui, mais elle, elle est Nouvelle. Tu n’es pas Nouvelle, toi ?


Elle ne savait que répondre à cette question qui n’en était pas une. Que signifiait « Nouvelle » ? Peut-être que l’autre petite bleue s’appelait comme ça ? Elle ne voulut pas prendre le risque de mécontenter à nouveau le dragon et secoua doucement la tête. La Directrice lui jeta un regard dubitatif, et la renvoya dans la cour.

 

Les jours suivants, la petite fille apprit à écrire à l’encre, et glissa même des bancs du cours préparatoire à ceux du cours élémentaire, car à l’époque, cela ne posait pas de problème. Elle sautillait pendant les récréations, et portait bien sûr une blouse beige.

 

Mais toujours, au milieu des foules, elle sut repérer les bleus.


Bleu clair ou bleu foncé, peu importe.

 

Martine b. de la Ciotat

Le blues des blouses et la lutte des classes
Le blues des blouses et la lutte des classes
Le blues des blouses et la lutte des classes
Le blues des blouses et la lutte des classes
Le blues des blouses et la lutte des classes
Le blues des blouses et la lutte des classes
Le blues des blouses et la lutte des classes
Le blues des blouses et la lutte des classes
Le blues des blouses et la lutte des classes
Le blues des blouses et la lutte des classes

Publié dans Salon de lecture

Commenter cet article