Nous avons reçu ceci sous pli discret posté à Carpentras...

Publié le par Le Père Peinard

La pieuvre sexuelle 

 

Hors Concours Edilivre 2013 de nouvelles érotiques

 

PieuvreLes gros nichons sont octopus – ils attirent le regard – vous ne vous en remettez pas – en dérive totale – les îles de vos yeux s’engloutissent – confiture de baise – les volcans chauffent la cheminée – le magma se rue vers la surface – il n’y a pas moyen d’arrêter tout ça – pour le moment seulement – Une tape sur les doigts ou sur le regard risque de tout bouleverser – on rentre sa « chose » comme les cornes d’un escargot et tout semble redevenir normal.

 

De fines jambes avec un en-bout de derrière bien potelé réveillent la machine – je crois entendre la mélasse s’étendre sur la crêpe – on sourit d’une envolée ou d’une partie de jambes en l’air – pour le moment c’est seulement dans l’air – on suit des yeux cette excitation mobile – on met allume-cigare en connexion – on se vidange le disque dur par des images rafraîchissantes – un coca pétillant avec une paille – une montée d’escaliers voluptueuse – un raclement de la gorge pour signaler votre existence à l’allumeuse de réverbères.

 

Dos-tatoue--.jpgElle se dirige vers la plage exhibant tout son corps de dos – vous avez l’impression d’avoir le soleil dans les yeux – vous marchez simplement comme un Apache sur le sable prêt à bondir sur la jument sauvage – monter la croupe sans selle – reniflement des naseaux – s’étourdir les mains sur les seins relevé en pointe – elle mouille ses doigts de pied aux premières vagues – vous restez immobile comme un trappeur de l’Ouest pour capturer sa peau.

 

D’un mouvement de tête, elle se tourne vers vous – une immense vague envahit tout – vous roulez sous l’eau – vous prenez la tasse – vous agitez tous vos membres frénétiquement - et quand la tête ressort de l’eau, elle a disparu à jamais dans la mer – il vous reste dans le bas-ventre une aventure salée et vous décidez comme un chef que ce n’est pas votre heure
– vous êtes plus beau qu’une musique même si personne n’est venu vous pincer la corde.

 

Benoist Magnat

écrit en janvier 2013 à Haïti

Publié dans Salon de lecture

Commenter cet article