Pauvre DSK !

Publié le par Le Père Peinard

 

Marcela-Jacub.jpgCe pauvre DSK s'est fait baiser par une ultra-féministe plutôt sympathique, Marcela Aie Aie Aie Jacub !
Oui je sais, c'est mal de s'acharner sur un pauvre type victime du priapisme.
Mais on en tient un, il va payer pour toutes les  impunités immémoriales.



http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/02/26/livre-de-livre-de-marcela-iacub-l-audience-en-refere-en-direct_1838958_3224.html

Née en Argentine d'un père avocat et d'une mère femme d'affaires, arrière-petite-fille de rabbin, Marcela se consacre au droit et devient à 21 ans la benjamine du barreau de Buenos Aires. Elle se spécialise dans le droit du travail. En 1989, grâce à une bourse, elle vient vivre à Paris où elle devient juriste spécialisée dans la bioéthique.

Après sa thèse de doctorat à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) sous la direction du professeur Antoine Lyon-Caen, elle devient chercheuse au CNRS.
Elle est membre du Laboratoire de démographie et d'histoire sociale2 de l'EHESS.

le-zizi-de-dsk-selon-deux-soubrettes--.jpgMarcela Iacub s'est rendue célèbre par plusieurs livres, notamment Le crime était presque sexuel, et aussi par des interventions médiatiques  où elle exprime des points de vue défendant radicalement la liberté de choix des individus.

dsk-selon-la-soubrette.jpg


Sa démarche consiste à toujours partir d'exemples juridiques précis et souvent en apparence « mineurs » afin de montrer quels en sont les enjeux plus larges et élargir le sujet aux questions de société qui y sont liées, proposant ainsi de nouvelles façons d'envisager la manière dont la loi gère les questions de mœurs.

Parmi les causes qui lui sont chères, citons : la défense du droit à la prostitution, du mariage et de l'adoption pour les homosexuels (hommes ou femmes), des méthodes de procréation artificielle, le végétarisme.

Un-doigt-de-harcelement--.jpgElle s'en prend au féminisme français, qu'elle juge trop moralisateur car demandant une extension toujours plus grande de la répression pénale et elle défend l'idée que la révolution sexuelle des années 1970 a été un échec partiel dans la mesure où elle a renoncé à ses ambitions émancipatrices.

Toutes ces prises de position lui ont valu de violentes critiques, notamment de la part de certaines féministes françaises plus traditionnelles, mais aussi le fervent soutien de nombreux militants et militantes des droits des minorités sexuelles.

Les chiens de garde de DSK se déchaînent déjà sur le PAF !

Publié dans Eros et Thanatos

Commenter cet article