Pénis tordu ? un espoir pour des millions de victimes ! *

Publié le par Le Père Peinard

 Pénis tordus : un médicament pour redresser le tir

par Renée Greusard | Journaliste Rue89Envoyer l'article par email
Dysfonctionnement des corps caverneux
En général, la déviation survient après la quarantaine. Elle est due à un dysfonctionnement des corps caverneux, comme l’expliquait l’andrologue et gynécologue Sylvain Mimoun, en avril 2010, à France 5 :  « A l’intérieur de la verge, il y a ce qu’on appelle les corps caverneux, ce sont comme des éponges.  Une éponge, pour qu’elle absorbe bien, il faut qu’elle soit souple. Il y a quelques fibres dans cette éponge qui perdent leur souplesse et qui, à un moment donné, ne peuvent plus se gonfler de manière homogène, ce qui donne un aspect d’arc. »

Une opération chirurgicale qui coûte 2 cm

 

                      AVANT !

accident du travail !

Jusqu’alors, pour corriger une Peyronie grave, douloureuse, empêchant une relation sexuelle, il fallait opérer, et cela entraînait une petite perte de longueur d’environ 2 cm.

Dans le New York Times, on apprenait cependant le 3 juin qu’une solution moins contraignante pourrait devenir possible pour les 5 à 10% d’hommes concernés.

Un laboratoire pharmaceutique affirme avoir en sa possession le médicament de l’espoir, le Xiaflex. Il a été testé lors de deux études cliniques et comparé avec un placebo. Résultat : les hommes sous injection de Xiaflex ont vu leur pénis filer nettement plus droit et leurs douleurs s’apaiser.

Le NYT cite le docteur Culley C. Carson, professeur d’urologie à l’université de Caroline du Nord, en partie responsable de l’enquête. Selon lui :

« Les résultats ne sont certes pas complètements fous ou spectaculaires, mais ils sont nettement meilleurs que tout ce qu’on a pu obtenir jusqu’alors, c’est-à-dire rien. »


      APRES !

Quel-artiste--.jpg

A titre d’exemples, sur les 400 cobayes d’une des deux études, les chercheurs ont observé les moyennes suivantes : pour un sexe courbé à 48,8 degrés au début des tests, on passait à un virage de 31 degrés un an plus tard, soit une amélioration de 37,6%.

Or, c’est à partir de 20% qu’une variation est considérée comme médicalement significative.

Le traitement consisterait en huit injections dans le pénis pendant quelques mois. Elles pourraient cependant être douloureuses, faire enfler l’objet ou lui donner des hématomes.

En attendant la démocratisation du médicament, les hommes atteints de la maladie de La Peyronie pourront toujours suivre les conseils que donnaient Sylvain Mimoun sur France 5 : continuer de faire l’amour quand c’est possible.

« Parce que quand il y aura pénétration, quand on est comme on dit dans le “fourreau vaginal”, la verge, à ce moment-là, peut se redresser et s’il y a une excitation, toutes les autres fibres du corps caverneux vont être complètement dilatées, et ça se passera mieux. »

 

* - une victime célèbre : Bill Clinton, que cette particularité a trahi dans l'affaire de la stagiaire qui croyait jouer du saxo...

Publié dans Eros et Thanatos

Commenter cet article