Vies d'ombres en Barousse

Publié le par Le Père Peinard

 

 

Bramevaque 3Barousse 6 Lens


           Avant hier…
                                                                                        Hier…

 

Déjà l’enfant que j’étais                                 Un jour, une révélation !

Des ombres, se fascinait                                L’espace entre deux ombres

Pensant naïvement                                        Représentait un champignon

A vérifier tout manquement                            Puis d’autres contours en nombre

D’un soleil distrait                                         Se dessinèrent dans l’éphémère

Omettant une projection                                 Aucun ne fut oublié

De détail de balcon.                                       Etant promptement dessiné.

 

Adolescent soucieux                                      Souvent moqué, je conservais le secret

Et raffinant ma recherche,                              Heureux de trouvailles peu banales.

J’observais bien mieux                                  L’observation de l’imaginaire

Arpentant parcs et bois                                  M’appris à regarder, dessiner

Loin des sarcasmes urbains                           M’extasier, m’enthousiasmer !

Ne doutant pas une fois                                Bonheur du monde sous un nouveau jour

Du bien fondé de mes desseins.                     Allié d’un soleil joueur.

 

Barousse-1.jpg
Aujourd’hui…

Je suis vieux…

J’ai perdu le rythme et la rime mais… gagné en profondeur.

 

Des foules de formes sont toujours présentes dans les espaces libres entre branches et feuilles : un autre regard, une perception hors normes…

J’écoute paisiblement mes contemporains, ce qui est dit et surtout ce qui est tu !

Le langage est plus vaste que les mots…

Et si l’espace entre les amoureux formait un cœur ou un glaive lors des disputes…

 

Et puisque la musique est aussi faite de silences et qu’une maison vit par ces issues alors,

il ne me reste plus qu’à me taire et jouer avec mes ombres, encore un moment…

Publié dans Corderie en Barousse

Commenter cet article