Des sionistes pour le boycott d'Israël !

Publié le par Le Père Rabbin

Mais c'est illégal !
Mais c'est illégal !

Nous sommes des sionistes de toujours. Comme d'autres Juifs progressistes, notre soutien à Israël a été fondé sur deux convictions: d'abord, que l'Etat était nécessaire pour protéger notre peuple de futures catastrophes; et, deuxièmement, que tout Etat juif serait démocratique, embrassant les valeurs des droits humains universels que beaucoup ont considéré comme une leçon de l'Holocauste. Les mesures antidémocratiques prises dans la recherche de la survie d'Israël, comme l'occupation de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, et le déni des droits fondamentaux aux Palestiniens qui y vivent, nous les avions comprises comme étant temporaires.

Mais nous devons faire face à la réalité: L'occupation est devenue permanente. Près d'un demi-siècle après la Guerre des Six Jours, Israël est installé dans le régime d'apartheid contre lequel beaucoup de ses anciens dirigeants nous avaient mis en garde. La population des colons en Cisjordanie a été multipliée par 30 : d'environ 12 000 colons en 1980 à 389 000 aujourd'hui. La Cisjordanie est de plus en plus considérée comme faisant partie d'Israël, la ligne verte délimitant les territoires occupés ayant été éffacée de nombreuses cartes. Le président israélien Reuven Rivlin a déclaré récemmentque le contrôle de la Cisjordanie n'est "pas un sujet de débat politique. C'est un fait fondamental du sionisme moderne ".

Ce "fait fondamental" pose un dilemme éthique pour les Juifs américains: Pouvons-nous continuer à être en empathie avec un état qui nie de façon permanente les droits fondamentaux d'un autre peuple? Mais cela pose également un problème du point de vue sioniste: Israël est engagé dans une voie qui menace son existence même.

Comme c'est arrivé dans le cas de la Rhodésie et de l'Afrique du Sud, l'asservissement permanent des Palestiniens par Israël va inévitablement isoler Israël des démocraties occidentales. Non seulement le soutien européen à Israël est en déclin, mais l'opinion publique américaine - jusqu'ici en apparence solide comme le roc - a aussi commencé à évoluer de la même manière, en particulier chez les jeunes adultes. Le statut de paria international n'est pas une bonne recette pour la survie d'Israël.

En interne, l'occupation exacerbe les pressions démographiques qui menacent de mettre en pièce la société israélienne. La croissance démographique des colons et celle des juifs ultra-orthodoxes ont attisé le chauvinisme juif et rendent la population arabe de plus en plus folle. Divisé en communautés de plus en plus inconciliables, Israël risque de perdre le minimum de tolérance mutuelle qui est nécessaire pour toute société démocratique. Dans un tel contexte, la violence comme la récente vague d'attaques à Jérusalem et en Cisjordanie est pratiquement vouée à devenir la norme.

Enfin, la colonisation menace la sécurité qu'elle était censée assurer au départ. La situation d'Israël en terme de sécurité a radicalement changé depuis les guerres de 1967 et 1973. La Paix avec l'Egypte et la Jordanie, l'affaiblissement de l'Irak et de la Syrie, et la supériorité militaire maintenant écrasante d'Israël - y compris sa dissuasion nucléaire (non déclarée) - ont éliminé l'éventuelle menace existentielle qu'aurait représentée ses voisins arabes. Même un Etat palestinien dirigé par le Hamas ne pourrait pas détruire Israël. Comme l'ont déclaré six anciens directeurs du Shin Bet, le service de sécurité intérieure d'Israël, dans le documentaire de 2012 "The Gatekeepers" ("Les Gardiens"), c'est l'occupation elle-même qui menace réellement la sécurité à long terme d'Israël: les forces d'occupation d'Israël par leur engagement dans la guerre asymétrique qui érode sa réputation internationale, limitent la capacité à forger des alliances régionales contre les extrémistes sectaires, et, surtout, restent le motif principal de la violence palestinienne.

En rendant l'occupation permanente, les dirigeants d'Israël sapent la viabilité de leur état. Malheureusement, les mouvements politiques internes qui s'opposaient à cette évolution ont dépéri. Grace au boom économique et à la sécurité temporaire assurée par le Mur de Cisjordanie et par le système de défense antimissile Iron Dome,une grande partie de la majorité sioniste laïque d'Israël ne ressent pas le besoin de prendre les mesures difficiles nécessaires à une paix durable, comme d'expulser leurs compatriotes des colonies de Cisjordanie et de reconnaitre la tache morale de la souffrance qu'Israël a causé à de si nombreux Palestiniens.

Nous sommes à un moment critique. La croissance des colonies et les tendances démographiques vont bientôt anéantir la capacité d'Israël à changer de cap. Pendant des années, nous avons soutenu les gouvernements israéliens - même ceux avec qui nous étions fortement en désaccord - dans la croyance qu'un Israël sécurisé agirait pour défendre ses propres intérêts à long terme. Cette stratégie a échoué. Les partisans d'Israël en ont, malheureusement, été les fossoyeurs. Aujourd'hui, il n'y a pas de perspective réaliste qu'Israël fasse les choix difficiles nécessaires pour assurer sa survie en tant qu'Etat démocratique, en l'absence de pression extérieure.

Pour des partisans d'Israël comme nous, toutes les formes viables de pression sont douloureuses. Les seuls outils crédibles qui pourraient modifier les calculs stratégiques israéliens sont un retrait de l'aide et du soutien diplomatique américains ainsi que le boycott et les désinvestissements de l'économie israélienne. Le seul boycott des marchandises produites dans les colonies ne pourra pas avoir un impact suffisant pour conduire les Israéliens à repenser le statu quo.

C'est donc, à contrecœur, mais résolument, que nous refusons de nous rendre en Israël, que nous boycottons les produits qui y sont produits et que demandons à nos universités de ne plus s'investir dans des relation avec Israël, et à nos représentants élus de cesser l'aide à Israël. Jusqu'à ce qu'Israël s'engage sérieusement dans un processus de paix qui, soit mette en place un Etat palestinien, soit garantisse la pleine citoyenneté démocratique souverainne aux Palestiniens vivant dans un Etat unique, nous ne pouvons pas continuer à soutenir des gouvernements dont les actions menacent la survie à long terme d'Israël.

Des sionistes pour le boycott d'Israël !
Des sionistes pour le boycott d'Israël !
Des sionistes pour le boycott d'Israël !
Des sionistes pour le boycott d'Israël !
Des sionistes pour le boycott d'Israël !
Des sionistes pour le boycott d'Israël !
Des sionistes pour le boycott d'Israël !

Publié dans Actualité 2015

Commenter cet article